Mercredi 19 septembre 2023
 
Chercher


21 septembre 2023


25 septembre 2023


 


 






Événements



 

RÉFLEXION : La suite de Fibonacci. Ça vous dit quelque chose?
par Denis Gagnon
30 mars 2023

Whoa! « Kossé ça? » comme dirait Yvon Deschamps. Ne vous en faites pas, ce n’est pas sorcier. Ce n’est pas une sorte de pâte alimentaire italienne, mais bien un phénomène naturel auquel on ne porte pas attention.

C’est un principe très intéressant qui s’applique à la nature qui nous entoure sans que l’on ne le sache trop.

C’est un lien très important entre les mathématiques et la nature et nous.

C’est un certain Leonardo Fibonacci qui l’a découvert en 1202 alors qu’il essayait de modéliser la croissance des populations de lapins, rien à voir avec sa théorie finale. Raccrochez pas la ligne, le meilleur s’en vient.

La suite de Fibonacci est simple. On prend un nombre et on l’additionne au suivant. Le suivant, on l’additionne à l’autre et ainsi de suite. Par exemple : 1+1=2, 2+1=3, 3+2=5, 5+3=8, 8+5=13, etc. (0,1,1,2,3,5,8,13,21,34, etc.)

Et le rapport avec nous, les plantes, etc.?

La prochaine fois que vous aurez un ananas devant vous, comptez les « bosses » de haut en bas. Vous trouverez 13 bosses tournant sur un côté et huit, de l’autre côté!

La même chose pour la pomme de pin (cocottes). C’est une question d’efficacité dans le processus de croissance de la plante.

Voilà.

Vous me direz que ce n’est pas important, mais la nature se transpose en nous aussi. Prenons nos bras comme exemple. Un os, l’humérus, de l’épaule au coude. Du coude au poignet, 2 os : le radius et l’ulna. Donc, 1+1. Chaque doigt a 3 phalanges (1+2). Nous avons cinq doigts (3+2) sur une main. Et c’est comme ça pour les autres membres.
Je ne vous ennuierai pas à vous parler du
« nombre d’or », chiffre très important dans la nature aussi. C’est le 1.618033… Googlez ça!

Quand j’étais plus jeune, je n’avais pas le temps, semble-t-il, de m’arrêter aux choses simples de la vie. Il fallait passer son temps à gagner sa vie et celle de sa famille.
C’est à l’âge de 40 ans environ que j’ai pris le temps d’examiner une bien belle fleur qui a toujours été près de moi et que je tenais pour acquis. Il s’agit de la marguerite sauvage que le très jeune amoureux épluche les pétales afin de savoir si cette fille l’aime ou ne l’aime pas, si ce garçon aime la fille ou pas.

C’est aujourd’hui que je réalise que si j’avais connu la suite de Fibonacci, la jeune fille m’aurait aimé avec certitude à l’âge de 14-15 ans.

Les minuscules fleurs disposées sur les fleurons forment deux familles de 13 et 21 spirales. Il m’aurait été alors très facile d’arriver à la bonne conclusion si j’avais commencé à la bonne séquence.

De toute façon, j’ai trouvé la bonne fleur avec qui je suis depuis plus de 58 ans. Pour les jeunes, n’essayez pas de connaitre la solution à votre problème avec une fleur de tournesol, car ses graines forment 21 courbes dans un sens et 34 dans l’autre.

À l’automne, prenez le temps de regarder quand même une fleur de tournesol avec attention. Ça vous émerveillera.

Vous avez votre ananas? Comptez-moi ça!

Arts

  La petite histoire...


Le MIFO se met en mode fête pour la rentrée

Le MIFO lance sa saison artistique 2023-2024

Gros party au Shenkman grâce à Damien Robitailles


La petite histoire... de l’École secondaire catholique Garneau

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2023 Sherwin Publishing